Jean Lannes
- Maréchal d'Empire -



Dates : 10 avril 1769 - 31 mai 1809
Maréchal en : 1804, Grande promotion des maréchaux
Titres : Duc de Montebello, Prince de Sievers (il n'a jamais voulu porter ce dernier titre)
Arme : Cavalerie et Infanterie
Signature :


Qu'en pense Napoléon ?
“Chez Lannes, le courage l’emportait d’abord sur l’esprit, mais l’esprit montait chaque jour pour se mettre en équilibre. Je l’avais pris pygmée, je l’ai perdu géant… Un des hommes au monde sur lesquels je pouvais le plus compter. ”
“Lannes m'adorait. C'était assurément l'un des hommes sur lesquels je pouvais le plus compter. Il est vrai que, dans son humeur fougueuse, il eût pu laisser échapper quelques paroles contre moi, mais il était homme à casse la tête de celui qui les aurait entendues.” -Mémorial de Sainte-Hélène.
Un des plus proches amis de l'Empereur, qui accumule les qualités : courageux, excellent tacticien, il n'a jamais perdu une seule bataille. Avec Poniatowski et Bessières, il est le seul maréchal à avoir perdu la vie au cours d'un combat.

Comme Masséna, Augereau, Murat et bien d'autres, Lannes fait partie de ces maréchaux qui ont pu combattre sous les ordres du général Bonaparte en Italie et en Egypte, et pu ainsi se distinguer aux yeux d'un homme qui sait apprécier le talent militaire et le courage de ses soldats.
Surnommé "le brave des braves" (nom qui reviendra plus tard au maréchal Ney), il sera fait colonel par Bonaparte après la bataille de Dego en avril 1796. Il s'embarque pour l'Egypte avec son chef en mai 1798 et, après avoir été blessé à Saint-Jean-d'Acre et s'être illustré à Aboukir le 25 juillet 1799, il raccompagne Bonaparte en France. Pendant la Campagne d'Italie en 1800, il dirige l'avant-garde, le 9 juin, après avoir tenu tête à toute l'armée autrichienne pendant une journée, il remporte la bataille de Montebello. Napoléon s'en souviendra et le nommera Duc de Montebello le 15 juin 1808. Le 19 mai 1804, il compte parmi les premiers nommés maréchaux d'Empire. A ce titre, il voyage avec la Grande Armée en Autriche en 1805, entre à Vienne avec Murat et combat devant ses hommes à Austerlitz. La prestigieuse carrière du maréchal n'est pas finie : il bat la Prusse à Saalfeld le 10 octobre 1806, poursuit la campagne et devient un des artisans de la victoire d'Iéna le 14 octobre. En Pologne, il affronte avec succès et non sans courage les Russes à Pultusk le 26 décembre 1806 puis à Friedland le 14 juin 1807. Il est envoyé en Espagne l'année suivante à la suite d'une querelle avec Murat - querelle qui, soit dit en passant, faillit tourner au duel si l'Empereur n'étati pas intervenu - et, après avoir fait capituler la ville de Saragosse (21 février 1809), il obtient de l'Empereur son rapatriement.

Son repos sera de courte durée : en 1809, il part pour sa dernière campagne. Il prend à nouveau Vienne aux Autrichiens, avant d'être atteint par un boulet à la bataille d'Essling le 22 mai. On connaît la fameuse scène où l'Empereur accourt au chevet de celui qui fut sans doute son meilleur ami; selon Marbot, général d'état-major du maréchal et témoin de la scène, Lannes n'aurait fait aucun reproche à Napoléon. Tombé dans l'inconscience le 23, il succombera à ses blessures le 31 mai, sans jamais avoir été vaincu au combat.
Retourner au début


Les 26 Maréchaux :
Augereau, Pierre

Bernadotte, Jean-Baptiste

Berthier, Alexandre

Bessières, Jean-Baptiste

Brune, Guillaume

Davout, Louis-Nicolas

Gouvion-Saint-Cyr, Laurent

Grouchy, Emmanuel

Jourdan, Jean-Baptiste

Kellermann, François-Cristophe

Lannes, Jean

Lefebvre, François-Joseph

Macdonald, Etienne

Marmont, Auguste-Louis-Viesse de

Masséna, André

Moncey, Bon-Adrien-Jannot de

Mortier, Adolphe

Murat, Joachim

Ney, Michel

Oudinot, Nicolas-Charles

Pérignon, Catherine-Dominique

Poniatowski, Joseph-Antoine

Sérurier, Jean-Mathieu-Filibert

Soult, Jean-de-Dieu

Suchet, Louis-Gabriel

Victor, Claude-Victor Perrin dit



NAPOPEDIA version 2.1.2 © - Grande Encyclopédie de Napoléon et du Premier Empire - 2016-2017
Les textes et images Napopédia sont la propriété du site NAPOPEDIA ©. Toute reproduction partielle ou complète est interdite sauf autorisation préalable des auteurs.